Pourquoi un site ?

L’heure est à l’internet, certes. Nous avons pour beaucoup, l’habitude de consulter les dernières info par ce biais ; EFA 27 souhaitait y participer.

Mais y participer aussi pour transmettre que l’adoption n’est pas aussi simple qu’un « clic » de souris ! Pas aussi simple, non par amour des tracasseries, mais parce que c’est une affaire humaine, complexe, qui met en jeu des données multiples (affectives, familiales, sociales, politiques, internationales, pécuniaires, etc.).

L’enfant est au cœur de l’adoption.
C’est aussi le rôle d’une association comme la nôtre de veiller à ce que ce principe essentiel soit ce qui guide les parents dans la recherche de leur enfant. Ce n’est en effet pas toujours simple de supporter l’attente, quand les médias ne cessent de montrer la souffrance de certains enfants en France et dans le monde. Et des « offres » -parfois franchement malhonnêtes- sont sur le chemin, La tentation peut être grande d’aller plus vite, au-delà, guidé par l’envie -tout à fait respectable elle- d’être parent. Mais être parent ainsi ne peut que promettre un horizon sombre : tout enfant questionne d’où il vient, et le parcours qui nous a mené à lui doit être sans ombre. L’enfant ne peut se construire que si les mots qu’on lui offre pour grandir sont une base solide.

Un site permet de trouver des informations essentielles dans notre monde qui change si vite, en matière d’adoption aussi, mais permet surtout d’être en lien avec d’autres qui se sont engagés dans cette si belle aventure qu’est l’adoption d’un enfant. Il vient en plus des rencontres, des échanges que nous avons déjà, de notre journal « Atout cœur » dont le prochain numéro verra le jour à la rentrée.

N’hésitez pas à écrire dans ces pages, si vous souhaitez témoigner de quelque chose : Une rencontre, une conférence, un livre, une information, etc.. L’adoption ainsi s’enrichit à travers l’expérience de chacun, et notre site est heureux d’y contribuer.

Je profite de ces lignes pour vous souhaiter de très bonnes fêtes de fin d’année, en faisant le vœu que pour tous, l’enfant attendu puisse se nicher au creux de sa famille au plus tôt, qu’il connaisse cette joie partagée.

Pour conclure, en cette période de « cadeaux », j’ai envie de vous faire partager la phrase d’une petite fille –citée au dernières rencontres de la fédération d’EFA- :

« Hier, c’est le passé ; demain, c’est le futur ;
et aujourd’hui, c’est un cadeau : c’est pour cela qu’on l’appelle le présent ! »

en accord ave Erik Orsenna quand il dit que « La grammaire est une chanson douce » !

Bien à vous,

Laurence Morel, présidente d’EFA 27