Michou d'AuberRéalisé par Thomas Gilou
Avec Gérard Depardieu, Nathalie Baye, Mathieu Amalric
Film français. Durée : 2h 4min. Date de sortie : 28 Février 2007
Distribué par EuropaCorp Distribution

1960 : Messaoud, 9 ans, et son frère aîné, fils d’un ouvrier immigré kabyle, sont confiés provisoirement par leur père à l’Assistance Publique, le temps que la situation familiale se stabilise. Alors, l’enfant est placé chez une famille d’accueil en Berry…

Sauf que c’est la guerre en Algérie, que Georges, le père d’accueil est un ancien d’Indochine, que l’OAS a des adeptes dans le village… Bref, Gisèle, l’assistante maternelle, comme on ne disait pas à cette époque, décide de jouer profil bas pour présenter l’enfant : teinture en blond et changement de nom. Messaoud devient Michou D’Auber (villiers) avec la discrète approbation de l’instituteur et du curé.
Tendrement veillée par Gisèle, Michou s’installe dans sa nouvelle vie, devient le complice de Georges. Une vie paisible en somme, à peine troublée par les échos des évènements d’Algérie… Mais le stratagème de Gisèle ne fera pas long feu. L’actualité, l’échauffement des têtes brûlées du coin, la tenace fidélité du frère aîné, révèleront la véritable identité de Michou, mais aussi la force des liens qui l’unissent à sa famille d’accueil. Un projet d’adoption se dessinera, puisque l’enfant est sans nouvelles de son père.
Mais ce dernier, réapparaît : Il s’est remarié ; le fils aîné l’a déjà rejoint et il est temps de réunir définitivement la famille… Gisèle et Georges, déchirés, accompagneront néanmoins Michou dans ce retour vers sa famille d’origine.

Cette histoire vraie est présentée avec beaucoup de tendresse pour les personnages. Michou, tout en restant fidèle à sa culture, s’imprègne de celle du Berry, et fait provision de bonheur (contrairement à son frère, maltraité dans une ferme). Gisèle, frustrée d’enfant à elle, en décalage croissant avec son mari, surinvestit les enfants qui lui sont confiés et cherche à agrandir son horizon. Georges, grande gueule généreuse, quoique parfois très mal embouchée, a quand même du mal à communiquer avec son entourage. Le jeu des 3 acteurs principaux sert à merveille le scénario.
Bien sûr des esprits chagrins pourraient dire que ce film est un avatar du « Vieil homme et l’enfant » ou du « Grand Chemin ». Et alors ? Il y a pire comme référence !
Ce film met également l’accent sur l’acceptation de la différence, sur la tolérance, sur la loyauté et la fidélité du cœur, sur la capacité des enfants à s’installer dans de nouveaux nids, à s’approprier une nouvelle vie et à y puiser de l’énergie pour construire leur avenir, en plus de leur vie d’avant.
C’est là que le film rejoint notre vécu de parents adoptants et celui de nos enfants.