De l'oubli à la mémoireJeanne Guillin
Jeanne Guillin est une infirmière qui s’est orientée vers le rôle de conseillière conjugale en centre maternelle. J’ai lu son livre après son témoignage dans l’émission de radio Interception (cf. le bulletin « Accouchement sous X : la voix des mères »).
Il ne s’agit ni d’un recueil de témoignages sur l’abandon, ni d’une étude sur les raisons de l’accouchement sous anonymat.
Il s’agit d’une réflexion d’une femme qui a accompagnée des jeunes filles et des jeunes femmes vers leur maternité et qui ont dû confier leur enfant aux bons soins de l’adoption. Les sujets sont là : la maternité et l’abandon.
Jeanne Guillin illustre avec justesse et nuances que ces jeunes femmes qui accouchent sous anonymat sont des mères malgré qu’elles ne puissent avoir un(e) enfant pour elle mais pour une autre mère.
Elle rappelle que la définition d’abandonner est « confier aux bons soins de … » même si le sens commun opère une synonymie avec le rejet : ces mères ne rejettent pas leur enfant, bien au contraire !
La démarche de Jeanne Guillin s’ouvre sur l’adoption dont elle a le sentiment qu’elle repose sur une rupture en préservant les anonymats de la mère « biologique » et des parents « adoptifs ». Elle imagine qu’une transmission pourrait se faire …
C’est un livre rare au sens propre comme au sens figuré.