Grève des tribunaux en ColombieL’article ci-dessous a été écrit par notre fédération EFA et est relayé par l’association départementale EFA 27.

– + – + – + – + – + – + – + – + –

Les autorités françaises et colombiennes travaillent pour débloquer la situation des adoptants sur place. Quant aux familles ayant eu un apparentement, il leur est fortement déconseillé de se déplacer pour le moment.

CHRONOLOGIE
– Bogotá, 3 septembre (PL) ­ Environ 42 mille fonctionnaires appartenant à la branche judiciaire colombienne, juges, procureurs et autres magistrats, ont entamé aujourd’hui une grève d’une durée illimitée. Toute activité est interrompue. Principales revendications : attirer l’attention du gouvernement sur la nécessité de réévaluer les salaires, et l’augmentation du personnel dans ce ministère.

– 14 septembre : Création d’une table ronde entre le gouvernement colombien et le syndicat des fonctionnaires de la Justice dans le but de trouver une entente et débloquer ainsi une situation quasi générale dans le pays, depuis le début du mois. Il semblerait que ces discussions aient permis d’envisager quelques solutions. Une prochaine réunion est évoquée pour la semaine suivante.

– 20 septembre : Le syndicat des fonctionnaires de la Justice a décidé de maintenir la grève nationale, pour une durée indéfinie.

– 30 septembre : Les juges colombiens, en grève depuis 28 jours, refusent les sanctions annoncées par le gouvernement et déclarent vouloir porter les faits devant les tribunaux mondiaux dont l’organisation internationale du travail (OIT).

ACTUELLEMENT
Ce mouvement prend une tournure radicale et malheureusement la situation s’enlise, le gouvernement parle de représailles, de sanctions, même si l’ICBF tente de trouver une solution. Par voie de conséquence, beaucoup de dossiers sont en instance.

POUR LES FAMILLES SUR PLACE
Environ 80 familles sont actuellement bloquées en Colombie dont une vingtaine de familles françaises, le ou les juges n’ayant pas prononcé le jugement (source AFA). L’ICBF (organisme central colombien) travaille actuellement avec la France pour débloquer la situation des adoptants sur place. Une des pistes explorées serait de proposer à ces derniers de rentrer en France avec l’enfant sans le jugement pour retourner, avec l’enfant, en Colombie plus tard afin de régulariser la situation (frais à charge des adoptants). L’Italie est d’accord sur le principe, la Belgique et l’Espagne prendraient la même voie.

POUR LES FAMILLES AYANT EU UN APPARENTEMENT
Des familles qui se sont vu attribuer un ou plusieurs enfants sont actuellement bloquées en France. La situation actuelle et l¹incertitude concernant la fin du blocage invitent à très fortement déconseiller à ces familles de se déplacer pour le moment.

Enfance & Familles d¹Adoption, le 7 octobre 2008

Communiqué de l¹AFA du 19 septembre
http://www.agence-adoption.fr/home/spip.php?article272

Communiqué du SGAI du 3 octobre 2008
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/les-francais-etranger_1296/conseils-aux-familles_3104/adoption-internationale_2605/actualites_3230/colombie-03.10.08_66800.html