Atout Cœur : Une formation à la parentalité dédiée aux adhérents et non adhérents et incluant 2 ateliers et une conférence, c’est une première chez EFA 27, non ?

Laurence Morel : Oui, EFA 27 innove!  Nous nous sommes laissés tenter par cette formation proposée par la fédération de Enfance & Familles d’Adoption, menée par le docteur Blandine Hamon qui a une longue expérience de groupes de paroles auprès des familles adoptives ; nous avions envie de proposer aux familles de notre département, ou de départements voisins, d’échanger sur leur expérience actuelle ou sur les difficultés qu’ils peuvent rencontrer.

Atout Cœur : Selon Blandine HAMON qui sera avec nous lors de la formation, « Chaque parent devra passer du rêve à la réalité au moment où arrive l’enfant ». La conférence « Vivre avec les différences au quotidien » répondra-elle  à la question Comment passer du rêve à la réalité avec l’arrivée de l’enfant ?

Laurence Morel : L’enfant qu’on attend est toujours un peu un mythe … : on le rêve, on l’imagine, on serre peut-être quelques photos au creux de nos mains, véritable trésor ! 

Il arrive ? Et alors il est là « pour de vrai » comme disent les enfants, ce n’est plus du semblant … ce qu’il va d’ailleurs bien souvent s’empresser  de nous  rappeler à sa façon !  Et chaque jour va apporter son lot de nouveauté,  d’imprévus, d’inattendu. Le désir des parents pour cet enfant qui devient le leur,  permet souvent de gravir bien des montagnes ; mais ce n’est jamais gagné d’avance, loin s’en faut. La réalité peut être trop déboussolante, l’enfant peut avoir du mal à trouver ses repères, des craintes ou des déceptions  peuvent venir ternir la réalité autant du coté enfant que du coté parent.  Parfois aussi la réalité, surtout dans les premiers temps, est encore mieux que le rêve … Je pense que cette proposition de Blandine, « passer du rêve à la réalité » va donner lieu à notre conférencière de nous faire entrevoir les différentes facettes de cette découverte mutuelle ; j’ai hâte de l’entendre !

 Atout Cœur : Malgré la préparation pendant l’attente, la participation aux groupes de parole, la lecture d’ouvrages sur l’adoption, etc.…beaucoup de parents adoptifs se retrouvent parfois impuissants au quotidien face à la réalité vécue et à l’abandon des enfants. Peut-on se préparer à affronter cette réalité ?
Laurence Morel : Se préparer passe immanquablement par cette période très riche des entretiens en vue de l’obtention de l’agrément. Quand on entend que ce serait « le parcours du combattant » … je me dis que le combat quotidien risque plus être celui de parents qui auraient pu croire faire fi de ce temps de dialogue, de réflexion ;  cependant bien sûr, la réalité est à certains moments difficile, et les blessures de l’abandon pour l’enfant  peuvent raviver chez ses parents des blessures enfouies, insoupçonnées parfois.  Se préparer, ce pourrait être  s’habituer à ne pas s’enfermer sur ce qu’on ressent, ne pas craindre le regard des autres dans lequel on croit lire parfois des remarques teintées de désapprobation. La rumeur a la vie longue, l’image idéalisée de l’enfant adopté est très vite rattrapée, hantée  par un … fantôme ! Le fantôme des soi-disant gènes … si commodes pour prétendre répondre de ce mystère qui gouverne chacun de nous !!

L’impuissance doit céder la place au questionnement qui ouvre la voie à une demande d’aide pour déchiffrer ce qui ne va pas, afin de ne pas laisser le désarroi s’installer, désarroi des parents qui pourrait faire craindre à l’enfant que le bateau ne chavire encore une fois ! Je suis certaine que Blandine pourra témoigner des inventions des parents qu’elle a rencontrés sur les chemins de France et de Navarre !

 Atout Cœur : Etre parent cela signifie d’accepter son enfant tel qu’il est mais comment s’accepter soi-même dans le rôle de parent d’un enfant adoptif ?
Laurence Morel : Voilà une question difficile …  Y a t’il un rôle spécifique au parent adoptif ? Et si oui, en quoi ? Mais aussi, comment se découvre t’on « parent »  … soi-même, et comment découvre t’on son conjoint devenir un  parent ? Etre parent adoptif, cela fait il vivre des différences au quotidien ? Je prends note de toutes ces questions pour interroger Blandine !

 Atout Cœur : Chaque enfant est différent, chaque parent aussi alors, pourquoi doit-on apprendre à vivre avec les différences au quotidien ? 
Laurence Morel : Eh bien voici une question qui appelle une conclusion à notre entretien : réservez dès à présent votre soirée du 6 novembre, et venez avec vos amis, familles, parents adoptifs et parents « ordinaires », et échangeons sur toutes ces questions passionnantes !

 A très bientôt !