pochettecahierspy4

Perçu la plupart du temps comme une réponse différente mais envisageable à leur désir de fonder une famille et de transmettre des valeurs, le choix de l’adoption par les personnes devrait se faire, non pas comme une évidence, mais comme le fruit d’une réflexion vraie.
Si chaque adoption est différente et unique, si chacun doit pouvoir se dire « je vais réussir », il n’en demeure pas moins que le chemin est balisé de « chausse-trappes » et qu’il incombe à chaque adoptant de rester vigilant.
Les personnes seules ou en couples qui se tournent vers l’idée d’adopter un enfant étranger engagent cette démarche pour des raisons qui ne sont pas toujours les mêmes.
Ces raisons leur appartiennent. Aussi bien l’histoire de vie personnelle que la façon d’envisager l’avenir enferment de façon plus ou moins consciente chaque adoptant dans un système de pensée qui est par ailleurs fortement soumis à l’impact des media sur le sujet de l’adoption.
Ainsi construite, la part de l’imaginaire des adoptants, les guide de temps à autre vers des « impasses » dans la conduite de leur projet d’adoption et vers des erreurs dans l’éducation de l’enfant qui leur est confié.
L’adoption est autant une aventure qu’une ouverture et s’y engager implique de faire preuve de souplesse psychique, d’être capable d’évoluer, et d’éviter la pensée trop simpliste. Garder sa liberté de penser se fait d’autant mieux et plus souplement qu’on a justement pris le temps de confronter sa pensée à une réflexion approfondie et sereine.
C’est à cet exercice que ces quelques lignes invitent, de façon à ce que les adoptants soient mieux armés pour revenir sur « les idées reçues ».

En savoir plus :

source : http://www.agence-adoption.fr/wp-content/uploads/2013/12/AFA-PSY-N4.pdf

le fichier PDF : AFA-PSY-N4