Ministère des Affaires étrangères et du Développement international le 24.11.2016 :
Compte tenu des irrégularités constatées depuis des mois dans les dossiers d’adoption en République démocratique du Congo (RDC), nous avons décidé d’y suspendre, à compter du 31 décembre 2016, les adoptions internationales.

Il s’agit d’une décision difficile mais qui, en raison de l’insuffisance des garanties juridiques et éthiques entourant l’adoption dans ce pays, a été jugée impérative.

Tout en prenant en compte les attentes légitimes des familles adoptantes, la France doit en priorité veiller au respect de l’intérêt supérieur des enfants concernés et de ses obligations internationales découlant de la convention de La Haye.

Les autorités congolaises et les opérateurs agréés en matière d’adoption ont été informés de cette décision.

Les familles qui ne l’ont pas encore fait peuvent déposer d’ici le 31 décembre 2016 les demandes de visa d’adoption auprès de l’ambassade de France à Kinshasa, qui se tient à leur disposition.

source : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/republique-democratique-du-congo/http-publication-diplomatie-gouv-fr-fr-dossiers-pays-republique-democratique-du-congo-evenements/article/republique-democratique-du-congo-suspension-des-adoptions-internationales-24-11

_______________________________________________________

 

EFA suit attentivement la situation depuis la fermeture de la RDC, et encore plus depuis ce récent blocage. Les familles qui s’adressent à nous sont accueillies dans nos associations départementales et mises en relation, lorsque c’est possible, avec d’autres qui ont adopté en RDC. Si vous connaissez des familles concernées, n’hésitez par à les renvoyer auprès d’EFA, soit au niveau de l’antenne de leur département (http://www.adoptionefa.org/les-federation-departemental), soit en appelant la ligne nationale d’écoute (anonyme) de la fédération (http://www.adoptionefa.org/acco…/la-ligne-d-ecoute-nationale). Dans tous les cas, elles sont bienvenues et pourront trouver le soutien de leurs pairs.
Pour ce qui est de la non délivrance du visa, c’est un droit du Ministère des affaires étrangères. Nous avons très peu d’informations sur les raisons évoquées par la MAI pour refuser les visas et ne pouvons donc mener pour l’instant aucune action concrète, qui ne pourrait se baser que sur des faits tangibles et argumentés.