Simone Veil et l’enfance délaissée

Vous avez eu à cœur de protéger les enfants les plus vulnérables, ceux qui sont privés de famille. Comme magistrate, d’abord, à la direction des Affaires civiles au ministère de la Justice, puis comme ministre. Les enfants vous doivent la grande loi pour l’adoption de 1966 qui faisait disparaître la légitimation adoptive au bénéfice de l’adoption telle que nous la connaissons aujourd’hui : adoption simple et adoption plénière. Cette loi a inspiré l’instauration de l’adoption plénière dans de nombreux pays et la reconnaissance de sa valeur protectrice dans la convention de La Haye de mai 1993.

La loi qui encadre l’adoption en 1974, c’est encore vous. La déclaration judiciaire d’abandon votée grâce à vous en décembre 1976 a permis à l’époque à des milliers d’enfants d’avoir une famille. En 1994 vous instauriez l’allocation adoption. En 1995 vous vous inquiétiez de l’équilibre nécessaire entre la protection juridique de l’enfant adopté et la possibilité pour lui d’accéder à ses origines.

Chaque fois, au cours de ces trois décennies, vous avez travaillé étroitement avec les responsables d’Enfance & Familles d’Adoption, et en 1993, vous avez honoré de votre présence le congrès de notre 40ème anniversaire, un moment dont le souvenir suscite encore une grande émotion.

Merci, Madame Veil.

http://www.ina.fr/video/CAB7501543001