Dans l’adoption, les délais se rallongent de façon inquiétante pour les enfants sans famille, comme pour tous ceux qui se proposent comme parents. Comment gérer cette période de plus en plus longue, comment utiliser ce temps « disponible », avec qui ? Comment accompagner les postulants et leurs proches pendant cette « si longue » attente ? L’attente est peut-être ce qui définit l’adoption avec le plus d’intensité. Pour l’enfant et le parent, elle est inévitable, parfois mal vécue, parce que subie. Elle peut être fragilisante ou destructrice, quand il n’y a pas de réelles perspectives, quand nous n’entrevoyons pas la durée. L’attente, au fond, n’a rien de passif et le temps peut aider à l’adoptabilité, à l’adaptabilité, partagées par l’enfant et le parent.

Un dossier à découvrir dans la revue Accueil de décembre 2018
Vous pouvez découvrir la présentation de la prochaine revue Accueil « Vivre l’attente »

 

Source: Enfance et Familles d’Adoption