Pour beaucoup d’entre nous le nom de Jacques Aillot est inconnu et pourtant sans lui Enfance & Familles d’Adoption n’existerait pas. Dernier président de la Fédération nationale des foyers adoptifs (FNFA) de 1977 à 1980, il contribua au rapprochement de cette fédération avec les Foyers adoptifs internationaux (FAI) pour aboutir à la fusion des deux mouvements et donner naissance à EFA par l’assemblée générale fondatrice du 11 octobre 1980.

Pour reprendre les mots qu’il nous a transmis à l’occasion du congrès des 60 ans d’EFA en 2013, cette fusion donnait « toute légitimité à EFA pour parler, aujourd’hui encore, de l’adoption dans l’intérêt de tous les enfants sans parents, qu’ils soient nés en France ou à l’étranger ».  EFA comptait à l’époque 60 associations départementales et 2300 adhérents.

Humaniste et visionnaire, il rêvait d’« Une grande politique nationale de l’adoption pour donner une famille à tout enfant et reconnaître à tout enfant le droit d’avoir une famille »[1]. En 1979, longtemps avant que la convention de la Haye n’existe et qu’elle soit ratifiée par la France, alors que l’agrément n’était pas obligatoire pour adopter, que les OAA (les œuvres à l’époque) n’avaient aucune habilitation, Jacques Aillot écrivait « Mais lorsque les cataclysme naturels ou humains font éclater le cercle et disloquer le triangle, l’adoption internationale, dès lors qu’elle est organisée par les institutions compétentes et désintéressées, peut être une solution acceptable pour l’enfant si elle est respectueuses de ses intérêts immédiats et futurs » et il continuait en précisant « … de faire reconnaître à l’enfant un droit à la famille qui n’est pas forcément adoptive d’ailleurs »[2].

Tout était dit de ce qui fait encore aujourd’hui le socle de notre mouvement : l’adoption pour les enfants qui n’ont plus de famille. Une adoption éthique pour des enfants juridiquement et psychologiquement adoptables, que ce soit ici ou dans leur pays d’origine. L’adoption non pas comme unique projet capable de répondre aux besoins de tous les enfants mais l’adoption uniquement si cela doit être le meilleur projet pour eux.

C’est sur les fondations qu’il avait contribué à mettre en place, qu’Enfance & Familles d’Adoption a grandi, s’est développé et continue encore aujourd’hui à porter la même éthique, la même philosophie.

Jacques AILLOT est décédé le 21 février 2018 à l’âge de 89 ans. Nous tenions à lui rendre ce dernier hommage, témoin de notre respect et de notre reconnaissance pour son engagement.

C’est grâce à des hommes et des femmes comme lui que EFA est devenu une référence dans le monde de l’adoption.

Merci Monsieur.

Enfance & Familles d’Adoption, 27 février 2018

——————————————————————————

[1] Accueil, 1er trimestre 1979, bulletin N°30

[2]Accueil, 2eme trimestre 1979, bulletin N°31

A lire: Hommage de Marc Grivel, premier président d’Enfance & Familles d’Adoption, après la fusion en 1980 de la Fédération nationale des foyers adoptifs (dont Jacques Aillot a été le dernier président) et des Foyers adoptifs internationaux

A lire: Texte de Jacques Aillot lors des 60 ans d’EFA en 2013

Source : Enfance et Familles d’Adoption